Lumière sur 3 réseaux sociaux au goût du jour : Volet 1 – Snapchat : un futur outil pour le tourisme ?

0
eTourisme et technologies
Lumière sur 3 réseaux sociaux au goût du jour : Volet 1 – Snapchat : un futur outil pour le tourisme ?

Application chérie des ados, Snapchat intéresse dorénavant les entreprises touristiques. Leur défi : proposer à une jeune clientèle des contenus attrayants qui les conduiront à devenir de futurs clients/visiteurs. Face à des entreprises touristiques toujours plus créatives, Snapchat restera-t-elle une plate-forme de « chat » entre ados ? Rien n’est moins sûr...

Le principe de Snapchat

Au lendemain de son 10e anniversaire, le plus grand réseau social du web, Facebook, n’a plus vraiment la cote auprès des ados qui se tournent volontiers vers une autre application : Snapchat. Chez les moins de 25 ans, l’envoi de « snaps » devient une activité plus naturelle que de dialoguer sur Facebook. Un « snap » est un message sous forme de photo ou vidéo, possiblement légendé, que l’on partage à ses contacts via son smartphone. La popularité de l’application vient de la durée de vie particulièrement éphémère du contenu. Les messages disparaissent après leur diffusion, donnant ainsi une dimension très ludique et décomplexée à l’utilisation. Snapchat est perçu par les jeunes comme un espace privé et exclusif, dans lequel la communauté restreinte échappe à « l’intrusion » des marques, des médias ou encore des parents qui, au grand dam de leurs enfants, maîtrisent à présent Facebook !

Snapchat comprend plusieurs fonctionnalités dont les « stories » et les filtres géolocalisés. Les « stories » consistent en de courtes vidéos pouvant être visionnées plusieurs fois dans un délai de 24 heures. Aussi, cette option permet à l’utilisateur de rendre visible un contenu qu’il souhaite partager pendant plus longtemps et ainsi améliorer sa visibilité sur le réseau social. Le filtre géolocalisé permet d’ajouter le nom d’une ville ou d’un lieu.

 

Depuis sa création en 2011, Snapchat s’est hissé aux côtés des plus grands réseaux sociaux. Des chiffres qui ont de quoi donner le tournis aux marques, qui flairent le bon filon pour diffuser leurs messages marketing aux consommateurs de demain et les cibler.

© Observatoire Valaisan du Tourisme

Snapchat : quel intérêt pour le tourisme ?

  • Il permet de renouer avec une jeune clientèle, amatrice de snacking content (contenu très court et « digeste »).
  • Il demande une attention limitée.
  • L’instantanéité du message peut stimuler des actions promotionnelles (ex. : réduction pour des activités touristiques, défis, effets d’aubaine, etc.).
  • Il rend les contenus vivants et valorise de façon originale un lieu ou une manifestation.
  • Les filtres géolocalisés permettent de suivre en direct les voyages de ses amis et contribuent à inspirer les prochains séjours touristiques.

 

Image2 Snapbasel

Les professionnels du tourisme s’y mettent

Hormis des organismes touristiques dont la présence sur les réseaux sociaux est déjà bien établie, peu d’organismes touristiques sont actifs sur Snapchat. Toutefois, les exemples commencent à fleurir dans plusieurs secteurs.

  • Les destinations

Le « filtre géolocalisé » a déjà contribué à la promotion de grandes villes d’Amérique du Nord. Au Canada, le slogan « Toronto Life » a rencontré un franc succès.

  • Les attractions touristiques

Walt Disney World, à travers les « stories », présente ses attractions et encourage ses abonnés à participer à des jeux concours.

  • Les agences de voyages

En collaboration avec un jeune « Youtubeur », Topdeck Travel est la première agence de voyages à avoir lancé via Snapchat un programme vidéo consacré à cette thématique. Sous la forme de plusieurs « Snapséries », le programme propose de parcourir l’Europe en six épisodes.

  • L’hôtellerie

Marriott est l’un des pionniers en tourisme à avoir utilisé Snapchat. Le groupe s’est associé avec Naritiv, agence de création et de gestion d’e-réputation, afin de produire des vidéos de voyages diffusées exclusivement via Snapchat. Des villes sélectionnées expressément par les utilisateurs et validées par la marque ont été visitées par 4 bloggeurs influents. Les voyages ont ensuite été retransmis en direct via l’application.

Quant à la chaîne hôtelière W Hotel, notamment présente à Verbier, ellea également utilisé l’application à des fins marketing, en utilisant cette fois-ci les filtres géolocalisés, afin d’assurer la promotion de sa marque. L’utilisateur se trouvant à proximité d’un hôtel de la chaîne avait la possibilité d’ajouter des filtres sous forme de cartes postales, tout cela bien sûr avec le logo de l’hôtel.

  • Les institutions culturelles

Les musées ont été particulièrement visionnaires en croyant au potentiel de Snapchat, ils y voient un moyen d’attirer un nouveau public et de « réconcilier » les jeunes avec le patrimoine et l’offre culturelle. Le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) fut le premier musée à se doter de l’application. D’autres musées américains comme le San Francisco Museum Of Modern Art, le Museum of Contemporary Art de Chicago ou encore le Georgia Museum of Art l’emploient modérément. Parfois, il s’agit juste d’élargir la portée d’un événement et de créer le « buzz » comme l’ont fait Les Champs Libres et le Musée de Bretagne, en France, à l’occasion de la « museum week » de mars 2014.

  • Les politiques

En tant que première ambassadrice et citoyenne d’Auckland, la maire Penny Hulse a décidé, en juin 2015, de publier dans sa « Snap Story» un message qui s’adressait aux potentiels touristes de la Nouvelle-Zélande en les invitant à venir visiter sa ville. 

 

Image3 Snaptelephone

Du côté montagne ?

Aux Etats-Unis, la station de ski d’Aspen Snowmass est l’un des seuls exemples notables à utiliser Snapchat. Cherchant à se rapprocher d’une jeune clientèle, Verbier 4 Vallées a fait le choix stratégique d’animer un compte Snapchat depuis l’automne dernier. A l’instar de beaucoup de structures, l’essentiel des entreprises touristiques suisses continuent d’asseoir leur notoriété sur des réseaux sociaux plus influents comme Instagram ou Facebook. Toutes, surtout les plus petites, ne sont pas encore en mesure d’avoir des ressources dédiées (community manager) pour gérer toute la palette de réseaux sociaux. Face à cette diversification des plateformes, le principal défi pour les organisations et entreprises touristiques est de savoir comment se positionner face à ce « rodéo-sociaux » et optimiser le rapport coût/bénéfice de leur community management.

Cependant, il y a fort à parier que, dans les années à venir, Snapchat aura sa place dans les stratégies de marketing touristique en Suisse, au même titre que Facebook, Twitter ou Instagram.

Image4 Snapmontagne

 

Références:

Mathieu Gallay, étudiant en tourisme de l’HES-SO, « Snapchat : un futur outil pour le tourisme ? »

Aurélie Bertholet, Tamara Cudré-Mauroux, Vanessa Pannatier, Samantha Steinemann, « L’utilisation de Snapchat dans le tourisme », Tourism Intelligence Agency HES-SO Valais Wallis, 9 novembre 2015.

Anne-Sophie Latry, « Avec Snapchat, donnez le smiley à vos touristes », etourisme.info, 25 janvier 2016

Benjamin Adler, « Snapchat un nouveau terreau pour le tourisme? », influencia.net, 30 novembre 2014.

Chantal Neault, « Snapchat et son potentiel pour l’industrie touristique », Réseau de veille en tourisme, 31 août 2015.

Cait Munro, “Museums Have Discovered Snapchat”, Art Net News, 26 août 2014

Club Innovation & Culture France « Snapchat et les lieux culturels », 2 septembre 2014

Dan Peltier, “Travel Brands Are Missing Out on Snapchat Right Now”, Skift, 5 février 2016

Digital Tourism,”Marriott International Acknowledges Snapchat Growth with Pioneering Campaign”. 5 février 2015

Gonzalo, Frédéric. « Snapchat et le potentiel de l’éphémère », etourisme.info, 24 novembre 2013.

Joyce Monalo, “Auckland’s Mayor Uses Snapchat to Entice Visitors to New Zealand”, Skift, 10 juin 2015

 

comments powered by Disqus