Petites stations de montagne

Comment rester compétitif sur un marché mature?

0
Pratiques et activités
Petites stations de montagne

Un grand nombre d'entreprises de remontées mécaniques en Suisse se trouve dans une situation financière difficile, surtout les petites sociétés. Néanmoins, des solutions existent pour rester compétitif. Nous présentons ici trois exemples de petites stations françaises qui ont su tirer leur épingle du jeu face à la concurrence des grandes destinations.

«  Le bonheur n’est pas dans le nombre de kilomètres de pistes, le bonheur est dans la neige »

Selon Jean-Marc Silva, Directeur de France-montagnes, les petites stations ont aujourd’hui une carte à jouer avec un très bon rapport qualité/prix  

  • en créant de l’émotion
  • en ouvrant la voie à de nouvelles pratiques  
  • en jouant la complémentarité
  • en respectant l’environnement

Nous ne sommes plus dans l’ère du tout ski mais dans le ski « bien entouré » où le ski reste la locomotive mais où l’après-ski, l’ambiance, les services et les activités annexes ont toute leur importance « Le bonheur n’est pas dans le nombre de km de pistes, le bonheur est dans la neige ».

Des petites stations de ski françaises se démarquent avec succès et tirent leur épingle du jeu face aux grandes destinations. Produits de niche, atmosphère originale, tout est fait pour se différencier des poids lourds du secteur, avec un succès certain, comme le montrent les 3 exemples ci-après, présentés par le directeur de France-montagnes  lors du Forum Alpinum à Boario (I) le 18 septembre 2014.

Sainte-Foix, une petite station au milieu des grandes, cible une clientèle de luxe : Sainte-Foix, j’y crois !

Sainte-Foix située au cœur des plus grands domaines de ski de la Vallée de Tarentaise (Val d’Isère, Tignes, Les Arcs, La Plagne, La Rosière) est surnommée « le petit poucet de haute Tarentaise ». La station propose 41 km de pistes de ski alpin associées à des zones de ski hors-piste sécurisées. Un hébergement haut de gamme composé de résidences 4 à 5 étoiles offre 3'500 lits. Idéalement situé sur un versant nord, le domaine skiable vend sa poudreuse de rêve à l’aide de 3 parcours « Free-ride » balisés et accessibles en remontées mécaniques. La station peut compter sur des moniteurs de ski et des guides pour la pratique du ski hors-piste.

Photo1 639X403

La clientèle provient à 80% des pays étrangers dont 60% du Royaume-Uni. Moins de 20% de la clientèle est française. Cette dépendance à la clientèle étrangère crée bien sûr un risque dans un contexte de crise internationale mais la station a choisi d’assumer sa taille et d’en faire une force. En effet, les clients sont fidèles à la station. Sainte-Foix a habilement évité le « syndrome du camp de base » où les skieurs utiliseraient la petite station comme base arrière pour accéder plus facilement aux grands domaines skiables. Son positionnement de petite station haut de gamme lui confère une situation unique qui lui permet de résister à ces voisins de taille imposante.

Autrans : les activités nordiques à leur plus haut niveau

Selon un communiqué de presse publié le 7.01.2015, Autrans et Méaudre ont décidé de s’allier pour former une même destination de vacances afin de mutualiser leurs efforts de promotion. Les deux sites nordiques formaient déjà depuis plusieurs années un domaine relié de 180 km de pistes de ski de fond.


Avec 6'000 lits, 18 pistes de ski alpin et 130 km de pistes de ski de fond, la station d’Autrans met en avant la destination Vercors et a décidé de ne plus parler de ski de fond mais de communiquer sur les activités nordiques. L’événementiel est son principal vecteur de communication. En hiver, la station organise le « Festival international du film de montagne » depuis 31 ans et une course de ski nordique « La Foulée Blanche » créé il y a 40 ans. Elle attire 10’000 personnes de tout niveau sur une semaine complète. En été, la course en VTT « Transvercors » et l’ »Euro nordique walk » prenne le relais. 50% de la clientèle provient des villes proches de la Région Rhône Alpes, Grenoble et Valence, 25% de la Région Provence et 25% des autres régions françaises, une clientèle donc à 100% française. La fréquentation est équivalente l’été et l’hiver. Equilibre difficilement recherché par de nombreuses destinations alpines, la fréquentation touristique d’Autrans a l’avantage de se répartir de façon équivalente entre l’été et l’hiver.

Le risque pour la station serait de rester sur ses acquis en ce qui concerne les activités nordiques comme le ski de fond, les raquettes ou les traîneaux à chiens. Le changement climatique peut en effet affecter facilement cette station de moyenne altitude (1'000 à 1'700 mètres d’altitude). Cette année d’ailleurs, la 37ème édition de « La Foulée Blanche » a été annulée en raison du manque de neige. Cependant, à 35 kilomètre de Grenoble, les opportunités de développement sont nombreuses : diversification des activités culturelles, promotion 4 saisons, santé, bien-être.

Photo 2 639X211

A court terme, la station pourrait profiter du fait que le ski est considéré comme un sport cher. Un transfert de clientèle est possible : les clients ne pouvant plus s’offrir les grandes stations se dirigeraient alors vers de plus petits domaines skiables. Avec une offre en ski alpin, en ski de fond et d’autres activités nordiques - traîneaux à chiens, randonnées en raquettes, etc. -  la station peut satisfaire tous les besoins d’une famille. Fort de son succès dans la promotion des activités outdoor, Autrans aimerait bien passer du tout gratuit au payant car les produits nordiques ne sont pas vendus à leur juste valeur, selon les opérateurs locaux. Il s’agirait par exemple de faire payer de nouveaux services pour la randonnée en raquettes ou de demander aux conducteurs de traîneaux à chiens de participer aux frais de la station…

Photo 3 637X358

St Pierre de Chartreuse : la « station de  « trail » et l’« espace ski de rando »

Chiffres clés : 1800 lits, 35 km de pistes de ski alpin, 70 km de pistes de ski nordique, 60 km de pistes de raquettes à neige. Le massif de la Chartreuse est un des précurseurs des courses de trail : le « Trail du grand-duc » existe depuis 25 ans. La région profite aujourd’hui de l’expansion des activités outdoor qui mobilisent les catégories socio-professionnelles favorisées (chefs d’entreprises, commerçants, cadres) qui résident à la montagne ou en plaine. C’est pourquoi la station souhaite devenir la première station de trail en Europe avec comme objectif de faire découvrir au plus grand nombre le trail et le ski de randonnée  sans contraintes , voire sans acquérir de matériel, et de développer également des services marchands complémentaires, par ex. le coaching. C’est une société privée implantée dans la région, l’entreprise RaidLight, qui vend des articles de trails et de montagne, qui a impulsé cette nouvelle dynamique à toute la station.

L’autre objectif affiché de la station est d’élargir l’offre touristique et de rassurer les skieurs sur l’existence d’une offre d’activités complémentaires. Il s’agit également de susciter des synergies avec les entreprises locales pour créer de nouveaux produits attrayants, en lien avec la richesse du territoire. Ainsi, une offre de service « remise en forme » est proposée : bains nordiques et sauna chauffés au bois de la Chartreuse, un produit vraiment original, fruit d’une collaboration innovante entre le secteur touristique et la filière bois local. Afin d’augmenter sa notoriété, la station a créé la marque « Station de trail » et la marque « Espace ski de Rando » dont le but est de proposer :

  • un espace pédagogique (sur la neige, le matériel, la sécurité, le respect de la nature)
  •  des itinéraires très abordables
  • du matériel en prêt pour sa première sortie (skis, kit sécurité, vêtements)
  • un ARVA-parc (entrainement à la recherche de victimes en avalanches)
  • une base d’accueil

Photo 4 A 639X260

Photo 4 B 640X262

Photo 4 C 637X256

Il y a peu de chance que la pratique du trail soit un effet de mode car la pratique se structure, se diversifie et intéresse toutes les catégories sociales. Les opportunités de développement sont considérables car la croissance s’appuie sur un réservoir de pratiquants qui viennent du « running », terme qui désigne les coureurs sur route ou en ville. Les adeptes du « running » sont estimés à 10 millions de pratiquants en France.

Photo 5 640X320

Défendre un réel positionnement et réduire les impacts

En conclusion, diversification et innovation sont les maîtres mots pour répondre aux attentes de la clientèle. Jouer la carte de la qualité et non de la quantité est absolument nécessaire. C’est en défendant un réel positionnement que les petites stations de sport d’hiver pourront se démarquer des grandes stations. Bien sûr, la condition sine qua non est un enneigement suffisant pour les pratiques hivernales ! Un autre risque qui mériterait une analyse plus approfondie est l’impact généré par ces activités sur l’environnement. La pratique événementielle du trail attire des milliers de participants concentrés sur un laps de temps très court. Réduire les impacts sur la nature, être attentifs aux populations locales, en particulier avec les agriculteurs, une population qui participe fortement à l’identité du terroir, sont les deux conditions à respecter pour que la fête soit belle !

Références

Autrans-Méaudre : une destination touristique unique. http://www.montagnenews.fr/article/autrans-meaudre-une-destination-touristique-unique?mn424

France-montagnes http://en.france-montagnes.com

Forum Alpinum http://www.forumalpinum.org/fr

Sainte-Foix http://www.saintefoy-tarentaise.com/

Autrans http://www.autrans.com/

Saint-Pierre de Chartreuse http://www.st-pierre-chartreuse.com/ et http://www.skiez-en-decale.com/

Raidlight http://www.raidlight.com/en/

Station de trail http://www.stationdetrail.com/?lang=fr

Espace de ski rando http://www.espace-skiderando.com/

comments powered by Disqus