La valeur dormante des classiques

Synthèse du 26 janvier au 6 février 2015

0
Tendances globales
La valeur dormante des classiques

Une conjoncture en berne qui ne devrait pas perdurer

La devise suisse s’est fortement appréciée, notamment par rapport à l’euro, au dollar américain et à la livre britannique. L’appréciation du franc aura un effet immédiat sur la conjoncture suisse au travers des exportations, lesquelles devraient accuser, selon le Centre de recherches conjoncturelles (KOF), une baisse de 1,4% durant le premier semestre 2015. En se basant sur un taux de change hypothétique de 1 CHF / 1 EUR (au lieu de 1,20 CHF / 1 EUR) jusqu’à fin 2016 et sur une baisse du prix du pétrole (50 USD le baril au lieu de 70 USD), le KOF estime que l’économie suisse traversera une brève récession durant l’été 2015 et qu’elle connaîtra une baisse de son produit intérieur brut (PIB) de 0,5% pour l’ensemble de l’année 2015. Les dernières prévisions de BAKBASEL sont moins alarmantes : pour l’institut bâlois, il faut compter en 2015 avec une diminution de 0,2% du produit intérieur suisse. Le retour à la croissance, avec une hausse du PIB de 3,1%, est annoncé pour 2017. L’hypothèse fondant cette analyse est que le franc en 2015 se stabilise à la hauteur de la parité avec l'euro et se déprécie à 1,05 et à 1,13 CHF / EUR respectivement en 2016 et 2017.

Pour le KOF, dans un premier temps, la diminution de la demande provenant de l’étranger devrait inciter les entreprises suisses à produire pour alimenter les stocks avant qu’elles ne diminuent la production à partir du deuxième trimestre 2015. Par ailleurs, pour rester concurrentiels sur les marchés d’exportation, les entrepreneurs suisses seront contraints de baisser les prix. Or, les réductions de prix entament les marges bénéficiaires des exportateurs, dont du secteur touristique, et réduisent la capacité d’investissement, hypothéquant ce faisant la compétitivité future des entreprises suisses. Pour le KOF comme pour BAKBASEL, la vigueur du franc menace l’attrait de la Suisse auprès des investisseurs. Certains pourraient privilégier des sites étrangers plutôt que de domicilier en Suisse leurs activités de production ou de recherche.

A moyen terme, le franc fort aura donc aussi un impact sur l’économie intérieure : bien que demeurant bonne dans un premier temps (grâce à la baisse des prix), la consommation privée devrait, selon BAKBASEL, accuser un net recul en 2016 avec la montée du chômage. Il est question d’une croissance de la consommation des ménages de l’ordre de 1,4% au lieu de 1,8% en 2015. Le KOF prévoit un recul de l’emploi (converti en équivalents plein-temps), de 0,3% en 2015 et de 1,8% en 2016. Quant au nombre de chômeurs inscrits, il devrait s’accroître de 0,2 point en 2015 et de 0,7 point en 2016. Le taux de chômage, selon la définition internationale, serait ainsi plus élevé. Alors que BAKBASEL attend un taux de chômage de 3,5% en 2015, le KOF l’estime à 4,4% en 2015 et à 4,9% en 2016. Enfin, de nombreuses entreprises étrangères exigeront des concessions de prix à leurs fournisseurs suisses ou se rabattront même sur des fournisseurs étrangers. Pour résumer, les répercussions du choc sur l’économie intérieure par le biais d’une diminution des investissements et de la consommation, ainsi que d’une baisse de l’emploi, affecteront la conjoncture jusqu’à fin 2016, voire au-delà.

En raison d’une forte dépendance du tourisme de loisirs, dont notamment des hôtes en provenance de l’Europe, les régions alpines seront probablement les plus touchées par cette crise monétaire. Pourtant, pour l’heure, aucune annulation massive de réservations ne se dessine – dans le Haslital (Oberland bernois) pour le moins. Pourtant, même à Zermatt, on s’inquiète des conséquences de la décision de la BNS sur le tourisme. Christoph Bürgin, président de Zermatt et hôtelier, s’en est confié au Nouvelliste. Face à la menace, Saas-Fee et Arosa se sont rapprochés pour proposer aux clients des offres qualitatives à forte plus-value. Le tourisme suisse ne peut en effet espérer se différencier en termes de prix. Il est donc plus que jamais important pour la branche de valoriser avec force les atouts toujours intacts de la Suisse en tant que destination de vacances et de congrès. Suisse Tourisme veut s’y employer et dévoilera ses propres mesures à la presse le 23 février prochain.

Le contact direct par écran interposé séduit

L’efficacité de l’interface des applications de voyage est devenue vitale depuis que celles-ci ont gagné en popularité dès 2013. Cependant une navigation sur smartphone optimisée n’est pas la panacée, car à l’ère du tout digital, le contact humain est apprécié lui aussi. Même si la pénétration des smartphones est forte dans toutes les tranches d’âge, consacrant de ce fait l’emprise du digital à l’ère de la mobilité, certains professionnels du tourisme privilégient une voie intermédiaire. De fait, ils optent pour un espace de dialogue en direct via un «chat box» sur leur site ou application.

Le «chat box» est une solution simple et élégante pour la collaboration avec le client; il intègre toutes les solutions de messagerie moderne, tels le partage de fichiers, les notifications et plus encore. En Autriche, Tirol Werbung, montre l’exemple en offrant à ses hôtes une telle possibilité. Déjà disponible en allemand et anglais, ce service devrait bientôt être étendu au français et à l’italien. Pour son nouveau chat en direct, Tirol Werbung a fait appel au système «vee24» qui a été nominé pour le prix theALPS, celui-ci récompensant précisément les stratégies de marketing numérique les plus novatrices dans le tourisme alpin.

comments powered by Disqus