Tendances 2016

Points de vue de deux acteurs du tourisme valaisan au sujet de la clientèle

0
Segments de clientèle
Tendances 2016

Photo: Valais/Wallis Promotion

Pour Pierre-André Gremaud, directeur de Verbier – Val de Bagnes – La Tzoumaz Promotion SA l’année 2016 sera synonyme de : différenciation, sécurité et simplicité.

P A Gremaud

Pierre-André Gremaud pense en effet que la question essentielle à se poser est toujours la même, que l’on vive en 2015 ou en 2016. Pourquoi un touriste viendrait-il chez nous ? Pour ce dernier, les possibilités sont en effet illimitées. L’offre, la communication, le service et la qualité sont donc les moyens de se différencier. Différenciation et diversification, voilà les mots magiques. La segmentation joue un rôle déterminant dans cette réflexion car il est nécessaire de proposer du contenu qui intéresse les acteurs touristiques (tours opérateurs, agences, journalistes, bloggeurs, etc.) ainsi que les touristes. Il s’agit alors de bien cibler ce fameux contenu. L’erreur serait de proposer « un peu de tout » et d’oublier, justement, de se positionner sur des thématiques bien précises.

Les attentats de l’année dernière remettent au premier plan les préoccupations liées à la sécurité. Les régions balnéaires relativement proches ne sont plus aussi sûres qu’autrefois et des capitales européennes sont victimes de la menace terroriste. Ces éléments sont à prendre en considération, selon Pierre-André Gremaud, car les clientèles européennes sont préoccupées par la sécurité.

Le dernier élément souligné par le directeur de Verbier - Val de Bagnes - La Tzoumaz Promotion est la simplicité. Le temps est précieux et de plus en plus rare. Il est donc crucial pour une destination d’être bien référencée et de faciliter le processus de réservation. Finies les longues heures de recherche, aujourd’hui, il faut s’assurer d’être « rapidement trouvable et facilement bookable » sur le net, sans quoi les hôtes potentiels pourraient bien aller voir ailleurs.

 

Du côté de Zermatt, la responsable du marketing Janine Imesch a bien voulu répondre à nos questions. Selon elle, 2016 sera synonyme de changements quant aux habitudes de réservation. En effet, la clientèle réserve de plus en plus les week-ends et délaisse les réservations en semaine. En outre, la saison d’hiver continue à se raccourcir et les activités d’été à se diversifier.

Janine Imesch

Pour Janine Imesch, les changements des habitudes de réservation observées jusqu’à présent vont s’intensifier. Les hôtes réservent de manière de plus en plus spontanée. Les décisions sont prises au dernier moment, en fonction des conditions météorologiques ou encore en fonction de la sécurité sur le lieu de vacances.

En été, l’offre se diversifie. Des activités traditionnelles comme les randonnées et le ski d’été font place à toute une déclinaison de pratiques. Le mountainbike par exemple. Terminée la domination du VTT downhill ou VTT de descente. Bienvenue aux « All Mountain » et aux « Enduro Biker », qui apprécient panorama grandiose, gastronomie et transports publics. Contrairement à de nombreuses idées reçues, les bikers sont des clients respectueux de l’environnement et très sensibles aux idées véhiculées par le concept de développement durable.

A propos de la saison hivernale, Janine Imesch souligne le fait que les clients réservent de plus en plus fréquemment pour un week-end « prolongé », par exemple du jeudi au dimanche, et délaissent les réservations « à la semaine ». Les professionnels du tourisme doivent donc s’adapter à cette nouvelle conception du séjour et repenser leurs offres en conséquence. On constate également que la saison hivernale rétrécit mais pas seulement pour des raisons de déficits d’enneigement.

 

Ces deux points de vue soulèvent quelques questions. Face à une situation géopolitique mondiale relativement instable, les touristes seraient-ils en quête d’une « sécurité » que pourraient leur offrir nos belles montagnes helvétiques ? D’ailleurs, pouvons-nous vraiment garantir plus de sécurité par rapport à d’autres pays voisins, la France par exemple ? Que peut-on faire pour contrer une météo capricieuse, qui, on le sait, impacte fortement les réservations de dernière minute ? Quant à la saison estivale, si certains choisissent de diversifier leurs offres vers des sports de pleine nature tels que le mountainbike, à chacun cependant de trouver son créneau pour se différencier. Un seul mot d’ordre: simplicité, mais sur le net s’il vous plaît !

P.S. Intéressé par le cyclotourisme en Valais? L’Observatoire publie prochainement une étude sur ce sujet. Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter.

 

comments powered by Disqus