L’art urbain trouve sa place à la montagne

Le Vision Art Festival de Crans-Montana

0
Pratiques et activités
L’art urbain trouve sa place à la montagne

Tourobs est parti à la rencontre des initiateurs et organisateurs du Vision Art Festival, un festival d’art urbain ancré sur les terres de la station valaisanne de Crans-Montana. Gregory Page, directeur du festival et Jam Rezgui, artiste, ont répondu à nos questions. Samuel Bonvin, directeur marketing de la destination, nous a également expliqué comment ce festival est rapidement devenu un vecteur de communication prodigieux pour la destination Crans-Montana.

Le Vision Art Festival est né en 2015, à l’initiative d’artistes passionnés par l’art urbain. Depuis, les murs des hôtels, de logements privés ou encore les surfaces offertes par l’infrastructure en béton des remontées mécaniques, se couvrent de graffitis. A ce jour, les graffeurs ont peint 70 œuvres, entre 1'500 mètres et 3'000 mètres d’altitude. L’environnement climatique extrême de la haute montagne pose d’ailleurs des défis importants lors de la réalisation mais aussi pour la préservation des fresques.

Vision Art Festival, station de Crans-Montana

 

Gagner les faveurs de la population résidente

« Susciter l’intérêt et gagner les faveurs des habitants de Crans-Montana a été notre premier défi », relève les organisateurs. Au début, des polémiques ont éclaté. Le festival s’est donc adapté. Aujourd’hui, il est devenu plus facile de trouver des supports auprès de la population. « Il y a des murs plus sensibles que d’autres », expliquent l’artiste Jam Rezgui. Ainsi, « les murs les plus visibles, c’est-à-dire ceux situés aux entrées et sorties de la station, ne sont pas trop colorés ».  Les murs avec des graffitis plus colorés occupent des rues latérales, des espaces plus discrets...

Les graffeurs s’adaptent aussi aux couleurs de l’environnement urbain en jouant sur le mimétisme. Certaines thématiques parlent directement au cœur des résidents : le mur d’un bâtiment résidentiel illustre une scène avec des convives dégustant une fondue, tradition bien helvétique. L’œuvre a été réalisée par un artiste marocain ! Un autre graffiti représente l’acteur Roger Moore, plus connu sous le nom de James Bond, célèbre résident de Crans-Montana décédé en 2017.

 

Issam

© Jasm.1 2018 Hôtel Le Green

 

Empreinte écologique minimale

Le festival répond à l’air du temps, sensible aux bonnes causes, comme la lutte contre le réchauffement climatique ou la réduction de la pauvreté dans le monde. Des artistes en provenance du monde entier sont invités à Crans-Montana pour laisser leur marque sur les murs de la station. « Notre bilan carbone est neutre et nous compensons toutes nos émissions dans des projets écologiques ou de développement à l’étranger », explique Gregory Page. « Nous utilisons également les peintures les moins nocives possibles », dans un souci de laisser une empreinte écologique minimale. Cette sensibilité écologique fait partie de l’ADN du festival.

Brokovich au Vision Art Festival 2017

 

Forte notoriété à l’internationale grâce au marketing digital

« Ce festival est du pain béni pour la destination ! », s’enthousiasme Samuel Bonvin. L’image de station huppée et désuète colle toujours à la peau de Crans-Montana et ce, malgré la démocratisation des sports d’hiver dans les années septante. Le festival permet de bousculer ce cliché, tout en respectant l’identité culturelle du lieu. En effet, la marque Crans-Montana cherche à se positionner comme une destination de plaine-montagne avec ses sommets, son espace urbain et ses vignobles ensoleillés situés sur le pied du coteau.

Le Vision Art festival donne une image d’audace et séduit un public jeune. C’est tout bénéfice pour la destination car il est difficile de construire une image cohérente sur la base d’une telle diversité d’offres, c’est-à-dire le ski, le golf, le shopping, le sport, la randonnée, etc. Avec leurs 11'000 habitants, les communes du Haut-Plateau forment un espace urbain à la montagne. Le boom de la construction des résidences secondaires dans les années septante a laissé derrière lui son cortège de constructions en béton que l’art urbain exploite aujourd’hui. Et le marketing digital fonctionne ici à plein régime… Ainsi, l’œuvre de l’artiste espagnol Okuda San Miguel a déjà été visionnée 9 millions de fois ! Et Elle continue à générer des vues aujourd’hui…

La culture est très présente à Crans-Montana et la destination soutient 91 événements par année. « Nous ne subventionnons pas la culture » précise Samuel Bonvin mais nous soutenons bon nombre d’événements culturels et nous évaluons les résultats. « Le Vison Art Festival n’a pas une note élevée en termes d’affluence, mais ce n’est pas le but du festival que d’attirer le maximum de visiteurs ». En revanche, le festival est un vecteur prodigieux de communication. Sa notoriété est très élevée à l’international et permet de faire rayonner la destination dans le monde entier. De l’avis des organisateurs, le festival reste méconnu des locaux, c’est-à-dire des habitants du canton du Valais. Que ce public de proximité s’intéresse à ce festival serait une belle récompense pour les porteurs de ce projet culturel et artistique.

 

 

PHOTO EN TITRE: © L’Original 2017 Vision Art Festival

 

comments powered by Disqus