Impacts du déconfinement sur les habitudes de voyage

0
Gestion

Une étude de l’Institut Tourisme de la HES-SO Valais-Wallis a analysé l’évolution de la demande touristique dans le temps. Suite aux annonces du Conseil fédéral, l’inquiétude face à la COVID-19 est en baisse et la proportion de résidents suisses planifiant leurs vacances a augmenté, passant de 18% à 24%.

 

Objectifs et détails de l’étude

L’étude a analysé l’effet des mesures progressives d’allègement du confinement sur le processus de planification des vacances ainsi que l’influence de la situation économique de la population sur les habitudes de voyage. Pour cela, trois enquêtes ont été réalisées à des temporalités différentes, du 27 mars au 10 avril, du 30 avril au 20 mai et du 27 mai au 28 mai. Les deux premières enquêtes se sont basées sur le même échantillon de personnes représentatif des 9 marchés émetteurs (Suisse y compris) les plus importants pour la Suisse et le Valais. La dernière enquête a été réalisée uniquement auprès d’un échantillon de résidents suisses.

 

Inquiétudes des résidents suisses face à la COVID-19 en baisse

Suite aux annonces du Conseil fédéral en date du 27 mai, le niveau d’inquiétude de la population suisse vis-à-vis de la Covid-19 a diminué, il est passé de 72%* à 61%, alors que pour l’ensemble de l’échantillon (population suisse et internationale) il est de près de 80%*, sans fléchissement entre les enquêtes. Le même constat peut être fait à propos de l’affirmation « Il est encore trop tôt pour penser à de futures vacances », 75%* de tous les sondés sont d’accord avec elle, contre environ 62%* des résidents suisses, proportion qui n’a pas baissé suite aux annonces du Conseil fédéral.

 

Désir et planification de voyages

Une grande inertie du désir de voyager apparaît. En effet, l’envie de partir en vacances, évaluée entre 0 (aucune envie) et 100 (forte envie), est légèrement inférieure à 50* pour l’ensemble des sondés, sans changement notable entre les enquêtes. Pour les résidents suisses, les résultats sont similaires à ceux de l’échantillon total et aucune différence significative après les annonces du 27 mai n’est visible, la moyenne plafonnant à 53.

Le nombre de résidents suisses planifiant leurs vacances montre un rebond significatif entre les deux premières enquêtes (respectivement 16% et 18%) et la 3ème enquête suite aux annonces du 27 mai (24%).  Le processus de planification des vacances a également évolué en passant, au fil des enquêtes, du stade de la recherche d’informations à celui de la réservation. Les sondés ne planifiant pas de vacances et n’ayant pas subi de baisse de leurs revenus sont également devenus plus sensibles à une évolution favorable des mesures relatives aux voyages internationaux. Ainsi, un assouplissement des restrictions des voyages internationaux aurait un effet incitatif pour 64% d’entre eux (contre 42% avant le 27 mai) et le rétablissement des vols internationaux pour 54% (contre 37%).

 

Evolution du budget de vacances

Les sondés dont les revenus n’ont pas diminué ont été invités à déterminer l’évolution de leur budget de vacances. Celui-ci reste inchangé pour 75% d’entre eux, alors qu’ils sont 14% à l’avoir diminué et seulement 7% à l’avoir augmenté. On n’observe pas de différences significatives entre les différents échantillons ni entre les différentes enquêtes. L’utilisation des revenus fait ressortir l’épargne (compte d'épargne, investissement financier, actions en bourse, etc.), citée par près de 8 sondés sur 10, sans qu’il n’y ait de différence entre l’échantillon total et les sondés vivant en Suisse. Ensuite, viennent les dépenses pour des « vacances dans mon pays » et des « activités de loisirs » au même niveau (73%). Une différence significative ressort entre la deuxième et la troisième enquête pour les résidents en Suisse, l’option « épargne (compte d'épargne, investissement financier, actions en bourse, etc.) » perd en attrait, passant de 83% à 71%.

 

Détail du panel

Le nombre d’observations valides obtenues lors de la première enquête est de 632 pour une marge d’erreur de ±3.9% et un niveau de confiance de 95%. Le nombre d’observations valides obtenues lors de la deuxième enquête est de 503 pour une marge d’erreur de ±4.4% et un niveau de confiance de 95%. Le nombre d’observations valides obtenues lors de la troisième enquête est de 199 pour une marge d’erreur de ±6.9% et un niveau de confiance de 95%.

 

Résultats présentés sous forme de graphiques interactifs

Deux tableaux de bord en ligne permettent de consulter les résultats des enquêtes :

 

Informations complémentaires : Prof Miriam Scaglione, tél. 076 346 07 36, miriam.scaglione@hevs.ch

 

* résultat regroupant les 1ère et 2ème enquêtes

 

Etude
comments powered by Disqus