La géolocalisation au service du tourisme

0
Marketing et distribution
La géolocalisation au service du tourisme

Les services basés sur la géolocalisation (en anglais on parle de Location Based Services, LBS) sont aujourd'hui au cœur des offres mobiles. Le terme générique de géolocalisation sert à qualifier l’ensemble des services exploitant l’information sur la position géographique d’une personne. Les services géolocalisés connaissent actuellement un essor sans précédent largement imputable au succès des smartphones (bientôt 50% des Internautes vont surfer sur le Web à partir d’un smartphone ou d’une tablette) équipés de fonction de localisation. La localisation se fait via le GPS, la triangulation à partir du réseau mobile ou le positionnement de la borne d’accès wifi. Dans la plupart des centres urbains, on assiste au développement rapide de services touristiques dédiés aux détenteurs de smartphones. Ces services ont pour fonction d’assister les personnes en déplacement, au moyen par exemple d’informations sur les lieux, les événements et les transports publics sis à proximité. Certains systèmes exploitent non seulement la géolocalisation mais aussi la boussole du téléphone portable afin de déterminer la direction de la prise de vue dans un premier temps et de proposer une vision en réalité augmentée du champ de vision dans un deuxième temps.

Le marché suisse

En Suisse, Suisse Tourisme (ST) se positionne comme un des leaders sur ce marché. ST propose de nombreuses applications gratuites pour les voyageurs et les randonneurs, téléchargeables à partir de son site http://www.myswitzerland.com/fr/mobile-apps.html. En décembre 2012, les CFF ont lancé leur propre réseau social, avec CFF.Connect, en reliant Facebook, Twitter et une nouvelle App CFF. L’idée de CFF.Connect est de permettre aux passagers de retrouver leurs amis dans les trains. Avec un million de voyageurs chaque jour et des trains transportant jusqu’à 1000 passagers, il s’agit là d’une expérience avec l’une des plus grandes communautés existant en Suisse. De nombreux petits opérateurs sont également actifs sur ce marché en Suisse. Par exemple, la société Arx IT propose son application Foxy Tour, qui permet de s’orienter dans la ville de Genève. Cette application est financée essentiellement par la ville de Genève. Foxy Tour joue la carte du web participatif : les utilisateurs peuvent ajouter de nouveaux lieux à la base de données initiale. En Valais, l’entreprise geomatic propose des services géolocalisés aux entreprises touristiques avec des applications sur mobile. Par exemple, au départ des sentiers de Veysonnaz, des QRcodes seront disponibles sur les nouveaux panneaux avec les itinéraires à pied et à VTT. Le détenteur d’un mobile pourra ainsi charger tous les détails de son itinéraire (textes, photos, carte détaillée) et vérifier sa position géographique. A terme toutefois, de nouveaux concurrents pourraient se profiler, en particulier du côté d’entreprises spécialisées comme les éditeurs de guides touristiques qui bénéficient d’une légitimité et pourraient exploiter le contenu de leurs guides. Ci-dessous, nous présentons quelques applications qui témoignent de la grande diversité de l’offre et de la créativité des développeurs d’applications géolocalisées dans le domaine du voyage et du tourisme.

Ski

Selon une étude comparative sur l’offre d’applications mobile en Suisse romande réalisée par la HES-SO Valais, sur 50 destinations de Suisse romande, seules 19 d’entre elles proposent une application mobile Apple ou Android, dont 15 Apps pour iPhone offertes par 12 destinations différentes (état en mars 2012). Sur ce total, 3 destinations valaisannes proposent des services de géolocalisation : Champéry, Crans-Montana et Maya Mont-Noble. Les options proposées concernent l’altitude où se trouve l’utilisateur, des informations sur son parcours, sa vitesse maximale et la distance parcourue. Aux Etats-Unis, VailResorts, un groupe qui a enregistré 1,167 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2011, a développé l’application EpicMix qui offre une expérience sociale interactive autour de cinq grandes stations de ski américaines. Ce réseau social se décline sous la forme d’un site web, d’une application mobile -  iPhone et Android -  et de forfaits de ski incorporant la technologie NFC. L’application permet à son utilisateur de suivre son altitude, de compter ses jours de ski, de gagner des badges (distinctions), de se connecter avec ses amis et de partager des photos personnelles (payantes). Elle permet en outre de connaître l’état des pistes de ski, des installations de remontées mécaniques, ainsi que des routes desservant les stations du groupe VailResorts.

Epicmix

Excursion et aventure

Swissclimb est une application proposant des informations exhaustives sur plus de 600 sites d’escalade en Suisse, dont 40 en Valais. Elle a récemment été primée lors du Swisscom App of the Year Award 2012 dans la catégorie Android. Pour chaque site de grimpe, Swissclimb propose des informations telles que le nombre de routes avec leur niveau de difficulté, les prévisions météorologiques des jours à venir, la position exacte sur la carte ou encore les voies d’escalade pour les enfants et les abris en cas de pluie. Cependant, pour un topo détaillé des voies d’escalade, les grimpeurs devront encore se référer au guide publié par les associations locales de grimpeurs. Pour répondre à cette demande, Swissclimb contient des liens vers des livres ou du matériel d’information en ligne pour chaque zone d’escalade.

Screenshot Swissclimb

Musées

En association avec l’Association des Musées Suisses, l’entreprise Pixel Trade a développé une application iOS pour découvrir les musées suisses. L’AMS a ainsi fourni les informations liées à 1'095 musées suisses, dont l’offre valaisanne. Sur l’application, les musées sont regroupés en huit catégories et les fonctionnalités portent sur : la géolocalisation, la recherche indexée et la recherche d’itinéraires. Les informations telles que les heures d’ouverture ou l’accès en services publics sont également intégrés.

Oenotourisme

Certaines destinations ont réussi à mettre en valeur leurs circuits thématiques grâce à la technologie GPS. Les vins de Bordeaux proposent ainsi un guide GPS-multimédia afin de guider le visiteur sur les routes de ce prestigieux vignoble. La technologie bouleverse ainsi le concept traditionnel d’oenotourisme. Le mode de fonctionnement est très simple. Le voyageur intéressé par cette route vinicole mythique loue un GPS pour la journée dans un Office de tourisme et peut suivre l’un des trois itinéraires proposés : Du Vin et du Patrimoine, Du Vin et du Fleuve, Du Vin et du Terroir. A proximité d’un point d’intérêt, un signal se déclenche automatiquement. Besoin de se restaurer ? Les restaurants situés à proximité du voyageur sont  indiqués. Un Château Viticole ? Il suffit de sélectionner une AOC. Les passionnés peuvent également assouvir leur curiosité en sélectionnant des catégories de points d’intérêt à découvrir.

En Valais, l’Interprofession de la vigne et du vin propose « Vins du valais » depuis 2010, une application gratuite qui se décline en trois langues (français, anglais, allemand). Elle accompagne l’utilisateur dans tous ses choix liés aux vins et aux activités vitivinicoles de la région. Au total, près d’une dizaine de fonctions sont déjà disponibles : un sommelier personnel interactif, un annuaire des encaveurs et vignerons de la région, une route des vins virtuelle et interactive, les événements et la gastronomie. En 2012,  l’association Vinea a lancé une application iphone gratuite qui s’adresse aussi bien aux néophytes qu’aux professionnels. L’application dresse le portrait de 450 producteurs suisses, avec la géolocalisation de leurs caves et la possibilité de partager ses impressions sur les réseaux sociaux, le tout en allemand, en français et en anglais. La version pour Androïd est prévue pour 2013.

Valais Vignes 640X427

Pertinence et limite de la technologie

Les exemples présentés ici illustrent bien la diversité des applications possibles de la géolocalisation dans le secteur touristique. C’est un fait, le potentiel de développement des applications géolocalisées par l’intermédiaire des mobiles est énorme. Cependant, la pertinence des applications mobiles n’est pas toujours démontrée. Parfois, des services de ce type sont proposés sans connaissance préalable des besoins des consommateurs. De plus, si la demande existe, la fourniture d’un service qui exige une mise à jour constante nécessite un investissement financier considérable. Cela pose un problème de modèle économique, car, en plus du coût de l’information, il faut ajouter celui des développements technologiques, qui sont très importants pour optimiser l’expérience des utilisateurs. La technologie a aussi ses limites puisque, en l’absence d’une borne Wifi, il est impossible de recevoir un signal à l’intérieur d’un bâtiment. Par ailleurs, la taille réduite des écrans des smartphones et des tablettes ne permet pas toujours une lecture optimale des cartes digitales lors d’un changement d’échelle. Souvent, une carte papier reste préférable si l’on souhaite obtenir un aperçu détaillé de son parcours de randonnée ou de son site d’escalade. D’ailleurs, selon les éditeurs, la version papier du guide de voyages a toujours la cote, malgré la révolution numérique en cours. Si le développement d’internet, des tablettes et des smartphones devrait bouleverser ce marché, personne ne sait précisément ni comment ni quand. Ce qui semble certain, c’est que les guides de voyage devront évoluer en profondeur pour s’adapter et les éditeurs en sont bien conscients.

Références

Grèzes Vincent (2012). EpicMix. Etat des lieux des stations romandes. Etudes comparatives de l’offre d’applications mobiles romandes. Rapport non publié, HES-SO-Valais, mars 2012.

Desvignes Claudine (2012). Lonely Planet attend le numérique de pied ferme ! Espaces, tourisme et loisirs 306, 19-23.

Koller Rodolphe. La géolocalisation au service du tourisme urbain (2012). ICT journal, 22-23.

Capper Scott, Amiet R. (2012). Géolocalisation et tourisme, un mariage exigeant. Swissinfo, http://www.swissinfo.ch/fre/societe/Geolocalisation_et_tourisme:_un_mariage_exigeant_.html?cid=33945916

Route des vins de Bordeaux, AquitaineOnLine.com: http://www.aquitaineonline.com/tourisme-sud-ouest/partance-tourisme/routes-des-vins-de-bordeaux-09082213.html

Site officiel de la route des vins Bordeaux, en Graves et Sauternes http://www.bordeaux-graves-sauternes.com/

App Vinea vins suisses http://www.vinea.ch/salon-vins-suisses/vinea-vins-suisses.html

Apps chez Suisse Tourisme http://www.myswitzerland.com/fr/mobile-apps.html

App sur les musées suisses https://itunes.apple.com/fr/app/swiss-museums/id550416742?mt=8

App sur les sites d’escalades suisses chez Swissclimb http://swissclimb.ch/SwissClimb/

App iPhone sur les vins du Valais http://www.lesvinsduvalais.ch/encaveur/application-i-phone-vins-valais.html

App sur EpicMix  http://www.epicmix.com/

App Foxy Tou pour le tourisme urbain à Genèver http://www.foxytour.net/en/home.html

App CFF.connect http://www.cff.ch/horaire/horaires-mobiles/applications-mobile/sbb-connect.html?WT.mc_id=cpc_connect_gsn_fr&WT.srch=1

Veysonnaz, panneau d’information et d’orientation http://www.geomatic.ch/xml_1/internet/fr/application/d4/f87.cfm

Réalité augmentée, une définition http://fr.wikipedia.org/wiki/Réalité_augmentée>

comments powered by Disqus