Réminiscences en terres inconnues

Synthèse du 20 avril au 1er mai 2015

0
Tendances globales
Réminiscences en terres inconnues

La fabrique de souvenirs

Selon une étude réalisée, en 2014, par Preferred Hotels & Resorts, une majorité de parents et grands-parents interrogés souhaitent instituer le voyage multigénérationnel en le répétant annuellement. Ce dernier peut être défini comme un séjour partagé par trois générations différentes qui font famille : grands-parents, parents et petits-enfants partent ensemble en vacances, de plus en plus souvent dans des hôtels qui ont adapté leurs services en fonction des besoins de cette clientèle encore atypique qui requiert notamment un haut niveau d’informations sur les services offerts. L’organisation de ce type de voyage revient bien souvent à une seule personne qui doit veiller au bien-être de trois générations en même temps. Une tâche qui relève parfois du défi tant les attentes et besoins des uns et des autres diffèrent sur certains aspects (animation), tout en se recoupant sur d’autres (accessibilité, sécurité). Un personnel hôtelier formé à aider ces gentils organisateurs dans l’exécution de leur tâche peut alors être un service très apprécié.

Convaincu que les seniors au poids démographique croissant sont le moteur du «tourisme accessible» (et non les seules personnes en chaises roulantes), l’association Hotelspitex Claire & George intégrera à l’automne 2015 des informations sur l'accessibilité dans la banque de données d’hotelleriesuisse. Partir une fois par an en famille élargie est un engagement pour la famille et un pari sur l’avenir. En effet, si les jours passés ensemble sont vécus sur le mode des vacances, cette trêve du quotidien affairé vaut avant tout comme un temps précieux d’émergence de la mémoire familiale. Vivre avec ceux que l’on aime des choses signifiantes dans un espace-temps privilégié permet de recréer du lien familial au présent dans ces familles parfois éclatées par des bouleversements professionnels (déménagement, ascension sociale…) et des recompositions familiales (adoption, divorce, remariage…). Ces vacances se conçoivent aussi comme un outil pour réactiver la mémoire familiale par l’évocation des événements du passé familial et même parfois pour en remanier certains. A l’image de la maison familiale, ce type de vacances est investi comme un espace-temps symbolique de la mémoire. S’y opère la transmission des mythes familiaux, des coutumes et des savoirs par la narration.

Ce modèle de vacances familiales semble particulièrement correspondre au schéma culturel d’un certain nombre d’ethnies qui accordent aux «anciens» une place centrale et dont les liens de solidarité intergénérationnels sont d’autant plus étroits que les membres de la famille élargie vivent souvent sous le même toit. Selon le Global Muslim Travel Index (GMTI) 2015, la communauté musulmane serait de ces ethnies qui a pour souhait de voyager en famille et qui pour le satisfaire se tourne d’autant plus facilement vers la Malaisie que cette destination s’est spécialisée dans l’accueil de ce segment de clientèle.

Une vraie fausse opportunité

Selon une étude publiée par le Center for Hospitality Research, de la Cornell University (Etats-Unis), les voyageurs seraient encore bien plus enclins à recourir à leurs smartphones durant leurs voyages que ne le laisserait supposer leurs pratiques qui se limitent souvent à rechercher de l’information sur leur séjour faute d’applications de voyage réellement pertinentes. Durant les heures de vol, ce sont déjà 69% des voyageurs qui sont connectés à Internet pour surfer prioritairement sur Facebook. La quasi-totalité d’entre eux sont connectés via leur smartphone.

Ces voyageurs seront peut-être bientôt tentés de consulter les sites «Amazon Destinations» et «Google Hotel Finder». Amazon a en effet annoncé vouloir faire dans la réservation hôtelière. En janvier 2015, le premier site mondial de commerce en ligne, testera son nouveau business model dans les villes de Seattle, Los Angeles et New York avant de l’étendre à l’ensemble du territoire américain. Avec des commissions plafonnées à 15% et des prix au choix de l’hôtelier, le projet d’Amazon pourrait séduire les hôteliers indépendants qui souhaitent multiplier leurs canaux de distribution sans pour autant passer par Booking ou Expedia. Cependant, il n’est pas certain qu’Amazon soit une aubaine pour les hôteliers indépendants car les agences de réservation en ligne y sont mieux représentées qu’eux. Voyons plutôt en quoi, grâce à l’exemple de Google. Amazon n’est en effet pas le seul acteur puissant de la toile à concurrencer Booking et les sites de réservations classiques : Google est lui aussi entré sur le marché des réservations de chambres d’hôtels en ligne. Le problème, dénoncé par l’expert en marketing hôtelier Bastian Sens, c’est qu’il y a distorsion de concurrence puisque de l’avis de l'association French Hospitality in Europe, «la fonctionnalité insérée par Google, dans l'espace dédié aux résultats naturels, à l’intérieur des informations concernant l’hôtel, détourne l’internaute du site de l’hôtel vers celui d’intermédiaires», comme Booking, qui font ainsi marcher leur commerce. Il semble donc que les hôteliers demeurent d’une certaine façon dépendants des grands sites de réservations en ligne.

comments powered by Disqus