Réalité virtuelle au service de l’expérience en montagne

0
eTourisme et technologies
Réalité virtuelle au service de l’expérience en montagne

L’Internet des objets (Internet of Things ou IoT) est en train de remodeler les secteurs du tourisme et du voyage.Google, avec le lancement de ses Google Glass, apparaît comme l’un des pionniers à s’être positionné sur ce marché. Les Google Glass : un objet aussi révolutionnaire qu’éphémère, direz-vous ! Si elles n’ont pas su convaincre les professionnels de l’industrie touristique, ces lunettes intelligentes eurent le méritent de marquer un tournant dans le rapport du tourisme au numérique. Alors que la valise connectée et autres montres intelligentes poursuivent leur conquête auprès des consommateurs, la réalité virtuelle ouvre de belles perspectives aux acteurs touristiques qui souhaitent se tourner vers une stratégie marketing plus expérientielle.

Réalité virtuelle, réalité immersive 360°, réalité augmentée, réalité superposée, quelles différences ?

La réalité virtuelle (VR) est une technologie multimédia qui simule un environnement existant ou imaginaire avec lequel il est possible d’interagir. Communément, cette technologie repose sur la vue pour créer l’illusion. Toutefois, d’autres sens peuvent être sollicités, tels l’odorat, l’ouïe ou le toucher, pour rendre l’expérience encore plus immersive. Dans ce cas, on parle d’expérience 4D (ex. : Futuroscope). La réalité immersive360°, qu’elle soit virtuelle ou non, requiert de prendre des photos ou des vidéos captées à 360° afin d’obtenir une vision d'ensemble d'un paysage réel. Pour sa part, la réalité augmentée s’appuie sur le véritable environnement physique qui nous entoure et y superpose en temps réel des images de fiction. Pour finir, la petite nouvelle en date est la réalité superposée ! Elle combine la réalité augmentée avec le storytelling. Cette technologie met en scène un personnage racontant une histoire/anecdote lorsque vous filmez certains lieux.

Image2 Vr Moma

Entre le virtuel et le réel, il n’y a qu’un casque

Pour pouvoir se prêter à l’exercice, plusieurs outils ont été développés. Les plus connus ont été initiés par la firme américaine Oculus (rachetée par Facebook en 2014), spécialiste de la technologie virtuelle. Il existe le visiocasque « Oculus Rift » et plus récemment les casques « Gear VR » commercialisés par Samsung. Ces derniers permettent aux utilisateurs de visionner des vidéos en adaptant un visiocasque sur leur mobile. D’autres fabricants de smartphones commencent également à développer ce type de produit. En l’occurrence, HTC est en pleine préparation du lancement de son casque de réalité virtuelle « HTC Vive ». D’autant que, dans la course à l’eldorado de la « virtualité », se multiplient les levées de fonds des entreprises (Hololens, Magic Leap, Sky-Boy) qui tentent de percer le marché en créant des applications et appareils.

Image3 Samsunggr

 

Dans une industrie telle que le tourisme, caractérisée par l’intangibilité, il est parfois difficile de rassurer le client ou de lui faire conclure un achat. La réalité virtuelle, qui offre une représentation visuelle et immersive de la destination, amène une dimension nouvelle au concept d’expérience. A la différence de la fonctionnalité « Google StreetView », grâce à laquelle un internaute « visite » passivement un lieu, la réalité virtuelle permet d’y « être ». Il devient un protagoniste (presque déjà touriste) au cœur d’une destination dans laquelle il ressent la dynamique sans pour autant y avoir mis les pieds !

Une stratégie de marketing expérientiel : immersion, émotion, projection

Si de grandes compagnies du secteur aérien (ex. : Delta Air Lines, Lufthansa, Qantas, etc.), hôtelier (ex. : Marriott) ou de la distribution (ex. : Thomas Cook) avaient déjà fait de la réalité virtuelle leur coqueluche pour leurs actions promotionnelles, cette technologie se démocratise et devient accessible à des institutions plus modestes qui promeuvent leurs offres par ce biais. L’un des précurseurs en la matière est Destination British Columbia (Destination BC), en charge de la promotion touristique de cette province canadienne. Dans le cadre de salons professionnels à New York et Washington en 2014, l’organisme s’est doté des Oculus Rift pour mettre en avant les activités de nature à travers des vidéos intitulées « The Wild Within ». En chaussant leurs « lunettes », les utilisateurs avaient la possibilité d’embarquer virtuellement à bord d’un bateau pour observer les lions de mer ou de participer à une randonnée en montagne. Pour réaliser ses vidéos, Destination BC a utilisé des drones et a équipé des randonneurs de caméras.

 

La « Télétransportation Box » de Val Thorens

Depuis, plusieurs DMO ont emboîté le pas à Destination BC. En janvier dernier, à l’occasion du Salon « Grand Ski » à Chambéry, la station française de Val Thorens a présenté la « Télétransportation Box ». Une fois à bord de l’engin, équipée de son visiocasque, la personne se retrouve « téléportée » sur les pistes du domaine skiable. La mise au point d’une telle infrastructure était une grande première pour une station de ski. La réalisation de vidéos 360° et l’acquisition de cette cabine ont pour objectif de promouvoir la station et de « (…) faire vivre ce que l’on raconte ». (Intégralité de l’interview de l’équipe de Val Thorens à retrouver dans etourisme.info)

Quoique cette technologie se cantonne essentiellement à des fins promotionnelles, des destinations commencent à s’en servir comme assistant virtuel afin de bonifier, sur place, l’expérience de leur client.

La réalité virtuelle accompagne les skieurs

L’exemple de Valmorel

Valmorel a récemment placé le numérique au cœur de sa stratégie de positionnement, en proposant une application qui intègre la réalité virtuelle. Téléchargeable gratuitement, l’application concentre les informations pratiques (météo, plans interactifs ou encore horaires de navettes) tout en intégrant des fonctionnalités ludiques, comme la suggestion d’activités, ou des films et des photos. Le visiteur adapte des lunettes à son smartphone pour visionner les vidéos 360° de façon immersive. Il a l’impression de voler en parapente au-dessus des cols de la Tarentaise, de se balader sur des sentiers aux abords du village ou dans les rues animées de la station.

Aletsch Arena amorce le virage de la « virtualité »

L’application MAPtoSNOW d’Aletsch Arena associe la navigation intelligente aux offres touristiques. Une option de réalité augmentée permet d’avoir en temps réel des informations sur les particularités des montagnes environnantes. L’application comprend aussi d’autres fonctionnalités qui permettent au skieur de se lancer des défis personnels, qu’il peut filmer et partager à sa communauté via les réseaux sociaux.

Marginalisé aujourd’hui, normalisé demain

Parce que les grands influenceurs de l’Internet participent à la popularisation de la réalité virtuelle, l’essor de cette technologie dans les prochaines années pourrait être plus rapide qu’on ne l’imagine. Depuis janvier 2016, vous pouvez faire une ascension virtuelle du Mont-Blanc avec Google, tandis que les réseaux sociaux comme YouTube et Facebook, depuis septembre 2015, vous proposent d’ores et déjà de visualiser des vidéos 360°. A ce sujet, Facebook a récemment confirmé la mise en place d’une équipe spécialement dédiée à la réalité virtuelle afin d’accélérer son intégration à la plate-forme. Par ailleurs, The VOID, le premier centre de divertissement dédié à la réalité virtuelle ouvrira ses portes en juin 2016, en Utah.

 

A en croire les prévisions, la réalité virtuelle générera 6,7 milliards de dollars en 2016 et pèsera près de 70 milliards de dollars dans l’économie d’ici 2020. Une étude de la banque d’investissement Goldman Sachs prédit même que le marché de la réalité virtuelle/augmentée dépassera celui de la télévision d’ici 10 ans. La vente de ces casques devrait représenter 110 milliards de dollars en 2025 contre 99 milliards pour la vente de téléviseurs. Prometteur, n’est-ce pas ?

Sources:

Aurélie Krau, “Virtual Reality: What Potential For The Travel Industry?” Travel Think, 7 janvier 2016

Aurélie Krau, « La Réalité Virtuelle: Quel Potentiel Pour L’industrie Du Voyage ? » Travel On Move, 14 janvier 2016

Dan Pelletier, “British Columbia Turns to Oculus Rift for a Virtual Reality Tourism Experience”, Skift, 10 décembre 2014

eTourisme Feng Shui, « #Startups : Sky-Boy mèle technologie et émotions avec la Réalité Superposée », 29 janvier 2016

Guillaume Serries, « Réalité virtuelle, smartphone, réseaux sociaux : comment les stations de ski se numérisent », ZDNet.fr, 10 novembre 2015

Gauthier Virol, « Facebook annonce la création d'une équipe dédiée à la réalité virtuelle », LeFigaro.fr, le 22 février 2016

Jean-Luc Boulin, «Nous irons tous au Paradiski », etourisme.info, 11 janvier 2016

Julia Luczak-Rougeaux, « En 2025, Le marché de la réalité virtuelle dépassera celui de la télévision », Travel On Move, 8 février 2016

Julia Luczak-Rougeaux, « The Void : Le Parc D’attractions Dédié À La Réalité Virtuelle », Travel On Move, 11 février 2016

Nicolas Luciu, « Le casque de réalité virtuelle de HTC coûtera 799 dollars », LeFigoro.fr, 22 février 2016

Pauline Cao, «Valmorel se lance dans la réalité virtuelle : une nouvelle appli pour une expérience à 360° », Tourmag.com, 8 janvier 2016

Pauline Cao, « Google propose une ascension virtuelle du Mont Blanc », Tourmag.com, 22 janvier 2016

Pierre Eloy, « Réalité Virtuelle immersive en 360° avec un p’ti peu de 4D … bienvenue en 2016 », etourisme.info, 28 janvier 2016

Sophie Castellanos, « Réseaux sociaux : vidéo 360° et micro-format, des opportunités pour le tourisme », Travel On Move, 4 février 2016

Tnooz.com, “Virtual reality primed to become a tourism marketing reality”, 20 janvier 2016

comments powered by Disqus