Sites naturels d’exception et tourisme : une gestion délicate

Les tendances en bref

0
Tendances globales
Sites naturels d’exception et tourisme : une gestion délicate

Tout comme les monuments historiques emblématiques de la planète font face à la pression de flux touristiques massifs et croissants, les sites naturels célèbres sont eux aussi confrontés à des problèmes équivalents.

Le récif de la fameuse station balnéaire mexicaine de Cancún est à présent assuré dans le cadre d’un partenariat public-privé, dont fait partie la Swiss Re, la compagnie d’assurances et de réassurance helvétique. Les primes, partagées entre les hôteliers et le gouvernement, serviront à restaurer ce précieux écosystème en cas de dégâts provoqués par les tempêtes tropicales. En effet, le récif est aujourd’hui fragilisé par la combinaison de divers facteurs, à savoir la pollution, les aménagements urbains sur le littoral ou encore les changements climatiques. En acceptant de mettre la main au porte-monnaie, les hôteliers reconnaissent pleinement le service rendu par le milieu naturel à leur activité économique. L’acte, même s’il s’avère encore modeste, n’en demeure pas moins une mini-révolution dans la manière de concevoir l’exploitation d’un site naturel par un complexe touristique.

La Suisse connaît elle aussi ses propres difficultés dans la gestion de certains sites naturels d’exception. Ainsi, l’été dernier, un ouragan de touristes a littéralement déferlé sur les rives de la Verzasca. En effet, suite à une vidéo virale diffusée sur le net, les « Maldives du Tessin » ont été prises d’assaut par des milliers de touristes, générant ainsi une polémique au sein de la population locale quant au type de tourisme que l’on veut bien accueillir chez soi. Les tensions sont aussi à leur comble au Creux-du-Van, l’emblématique site naturel jurassien, qui accueille près de 100 000 visiteurs par an. Ces visiteurs n’ont qu’un souhait : se promener le long de la célèbre paroi de rocher en forme de fer à cheval et se frotter ainsi au vertige du précipice. Défenseurs de la nature, milieux touristiques, agriculteurs, grimpeurs, personne n’a encore trouvé de solution satisfaisante et partagée pour la gestion de ce site d’exception.

comments powered by Disqus