Créations artistiques & territoire

0
Tendances globales

L’art in situ, une tendance majeure de la création artistique de ces dernières décennies

Selon la revue Espace de Mars-Avril 2019, qui consacre un numéro spécial sur la création artistique qui « interagit avec son environnement », le concept d’art in situ (en intérieur ou à l’extérieur) s’impose comme une tendance majeure de ces dernières décennies. Il s’applique aux œuvres et aux programmations artistiques et culturelles conçues spécifiquement pour un lieu et peut concerner tous les champs artistiques, des arts visuels aux arts de la scène.

Ces initiatives contribuent souvent à renforcer, voire à révéler, l’attractivité touristique de leur lieu d’implantation. Elles permettent également de développer une sorte de tourisme alternatif. Les formes prises par cet art ancré dans un territoire sont multiples : land art, bien sûr, mais aussi art urbain, théâtre de rue, danse, musique, performance, arts numériques, sculpture, installation…

L’œuvre « expérientielle » favorise un tourisme plus proche de l’aventure du voyage que de l’industrie touristique

Pascal Le Brun-Cordier, professeur à l’Ecole des arts de la Sorbonne, distingue les projets artistiques qui visent à révéler les territoires (leurs histoires, leurs singularités paysagères, culturelles…) de ceux qui cherchent plutôt à les augmenter, c’est-à-dire à enrichir le réel, en y ajoutant des objets, des récits, des mythes. Les œuvres qui permettent de « vivre une expérience » sont particulièrement appréciées. Elles supposent un engagement de notre part sur les plans physique, sensible, social, comme c’est souvent le cas avec les performances participatives, les créations immersives… Si l’on se place dans une perspective touristique, une oeuvre expérientielle favorise un tourisme plus singulier, plus proche de l’aventure du voyage que de l’industrie touristique.

 

Museum of the Moon est une installation plastique de l’artiste britannique Luke Jerram, ici à Rennes, France

Une « success story » portée par le milieu associatif : itinéraire artistique sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle

L’Association artistique et culturelle Derrière le Hublot dans l’Aveyron, France,  propose une saison culturelle et un festival marqué par la création dans l’espace public. L’un des itinéraires du chemin de Saint-Jacques de Compostelle, qui voit passer 20'000 à 25'000 randonneurs par an, est l’un des points d’ancrage de son action qui s’articule autour de deux axes : l’un, éphémère, dans le cadre de rendez-vous annuels accueillant installations et autres performances artistiques, l’autre, pérenne, avec la création « d’œuvres d’art-refuge ». Se démarquer est essentiel puisqu’il existe actuellement 305 itinéraires aménagés menant à Saint-Jacques de Compostelle !

Le premier volet du projet a consisté à créer des temps forts, des moments courts qui valorisent le chemin : des commandes de créations artistiques ont été passées dont, tout récemment, celle du Museum of the Moon de l’artiste britannique Luke Jerram. Cette installation plastique, une lune de sept mètres de diamètre, a été suspendue du 11 au 13 octobre 2018 au cœur de la petite ville de Figeac. 6000 personnes sont venues la découvrir. L’Association cherche à créer des moments partagés avec le plus grand nombre et accroître ainsi l’attachement des habitants pour leur lieu de résidence.

 Museum Moon Figeac

Museum of the Moon à Figeac. Source : Figeac Athlétisme club

 

Cette année, une « œuvre d’art refuge » verra le jour sur un site de dolmens, dans le Parc naturel régional du Quercy que traverse l’itinéraire vers Saint-Jacques. Cette œuvre permettra aux habitants et aux personnes de passage de s’abriter, en contemplant le ciel étoilé au cœur du « Triangle noir du Quercy », une région épargnée par la pollution lumineuse. Ici aussi, la direction artistique mobilise les résidents en s’appuyant sur les savoir-faire locaux et en utilisant les matériaux du territoire, des pierres-sèches. La fabrication de cette œuvre pérenne sera elle-même un acte collectif à travers un chantier participatif qui va mobiliser les habitants des alentours. L’enjeu est bien de créer le patrimoine du XXIème siècle. L’association Derrière le Hublot fondée en 1996 par un groupe de jeunes gens reste ainsi fidèle à sa préoccupation première : investir son territoire de vie et associer la population à son devenir culturel.

Parc Quercy

Source : Parc naturel régional des Causses du Quercy

 

Références

Création artistique & territoire, revue Espaces, tourisme et loisirs 347, mars-avril 2019

Le Brun Cordier Pascal. Art in Situ. Quand la création artistique interagit avec son environnement, revue Espace, tourisme et loisirs 347, 7-13, mars-avril 2019

Anne Gonon & Julia Steiner, Derrière le hublot révèle et réveille les paysages du GR 65, entre Aveyron et Lot, revue Espace, tourisme et loisirs 347, 32-37, mars-avril 209

Photo en titre: Etat du Valais, Jean-Yves Glassey

comments powered by Disqus