La solidarité comme antivirus à la crise

0
Gestion

Depuis une semaine, la Suisse est entrée dans une réalité vertigineuse. Un choc intime qui nous fait trembler pour nos proches et toutes les personnes particulièrement fragiles. Une secousse géopolitique qui fait s’effondrer la mondialisation comme un château de cartes. Et pourtant, le côté empathique de la nature humaine est devenu plus important que le simple fait de plonger et de discuter des machinations de l'industrie.

Il suffit de constater le nombre d’initiatives solidaires qui fleurissent plus vite que le printemps pour se rendre compte combien l’humain sait s’entourer, quand il le veut ou le doit, pour devenir meilleur.

Dans l’informatique et les télécommunications, on ne compte plus le nombre d’entreprises mettant gratuitement leur support à disposition d’autres PME, les plateformes en ligne qui se créent pour cordonner les services à disposition et les offrir à la population, à l’exemple de suisseresponsable.ch, née de la mise en commun des forces de deux entreprises valaisannes ; ou de l’annuaire Covid19 qui recense commerces, entreprises, institutions et indépendants encore en activité malgré la pandémie.Certains opérateurs de téléphonie mobile ne rechignent aucunement à optimiser sans contrepartie les abonnements de leurs clients, afin que ceux-ci puissent disposer des meilleures technologies du moment, indispensables au télétravail et à la mise en réseau.

Dans le secteur de la finance, certains spécialistes proposent spontanément leurs compétences pour la constitution d’un dossier de demande d’aide financière. Côté bancaire, l’assouplissement des critères est monnaie courante dans le contexte actuel, notamment la suspension des amortissements de crédits pour les PME.

Sur le plan de la logistique et des transports, nombreuses sont les plateformes qui réunissent des bénévoles pour une livraison gratuite à domicile.

D’autres initiatives ont subitement et naturellement émergé pour développer un projet permettant à toutes les petites entreprises et indépendants d’utiliser la caisse de résonnance d’une communauté pour continuer à travailler, se faire connaître et avoir la possibilité de recevoir le soutien du grand public, à l’image de Qoqa. Et que dire d’Innovaud qui a proposé le 23 mars dernier un webinar spécial Covid19, afin de donner aux entrepreneurs les meilleures armes pour faire face à la crise.

A l’étranger, on n’est pas en reste non plus : les autorités polonaises ont décidé d’utiliser les saisies de contrebande pour aider les hôpitaux ; pas moins d’un demi million de litres de vodka de contrebande servira de désinfectant pour lutter contre le coronavirus ! En France, alors que les stations de ski sont à l'arrêt, pisteurs, secouristes et saisonniers se mobilisent pour proposer leurs services aux soignants et entreprises débordés par une situation sans précédents. Le collectif Hack la crise a même organisé ce week-end un hackathon, afin de mettre au point des technologies pour faciliter le quotidien des médecins, PME et enseignants. Aux Etats-Unis, le virtuel se mêle à la réalité : des séries télé médicales, à l’image de Grey’s Anatomy, distribuent leurs stocks de masques aux hôpitaux.

Quant au télétravail, qu’en penser ? L’économiste Nicolas Bouzou rappelle que les entreprises se gargarisent depuis longtemps d’autonomie. Dans les faits cependant, elles restent attachées à une idéologie du contrôle et de la surveillance. Grâce au coronavirus, la notion de lieu de travail pourrait définitivement perdre de sa pertinence : «Les salariés et les entreprises se rendent compte qu’ils peuvent faire à distance plus de choses que ce qu’ils imaginaient. Ils voient aussi que le télétravail, dans une situation de crise, ne "désunit" pas l’entreprise, au contraire. »

Finalement, cette crise du coronavirus pourrait s’apparenter à une philosophie : le choix pour chacun d’opter pour le verre à moitié vide ou à moitié plein. Sous un œil optimiste, le coronavirus a du bon : il colmate les brèches, permet aux règles d’être réécrites. Les initiatives en cours pour la contrer, l’esprit de solidarité naissant vont permettre assurément d’y parvenir et de rééquilibrer les forces en présence. Henry Ford, qui lui aussi a connu une crise économique, celle de 1929, ne disait-il pas : « Ensemble on est plus forts ! » ? Alors oui, on y parviendra, ensemble et même confinés !

Photo ©Pixabay.jpg