Consolidation du baromètre 2019/2020

0
Gestion

A la fin de l’hiver, Tourobs a réalisé un sondage auprès des prestataires touristiques valaisans afin de publier son baromètre saisonnier. Une partie des réponses données par les sondés se basent sur leur ressenti et leur expérience du métier. Avec ce bilan, nous proposons de confronter les résultats du sondage avec les chiffres officiels publiés.

Globalement, les chiffres confirment que la saison hivernale a été excellente jusqu’à l’apparition de la pandémie en mars, ils concordent aussi avec les prévisions plutôt neutres à plutôt optimistes pour cette saison estivale faites par la plupart des acteurs touristiques lors de l’enquête du baromètre touristique.

Remontées mécaniques : Saison record jusqu’à mi-mars

Les chiffres des journées skieurs ont révélé un recul de 16.5% pour l’hiver 2019/20 par rapport à l’excellente saison d’hiver 2018/19, mais une baisse se limitant à 5-6% par rapport aux mauvaises saisons d’hiver 2016/17 et 2015/16 (Figure 1). Il faut toutefois relever que, en comparaison avec la saison 2018/19, le nombre total de journées skieurs était supérieur de 2.4% à la mi-mars. Ce qui montre que, sans la fermeture forcée des remontées mécaniques en raison de la covid-19 en mars et avril, la saison 2019/20 aurait pu atteindre des sommets plus vus depuis plus de 10 ans. Les petites et moyennes stations dont le domaine skiable se situe à des altitudes relativement peu élevées ont moins souffert que les grandes stations. En effet, la baisse des journées skieurs y est plus modérée, elle est d’environ 10% par rapport à l’an dernier. Certaines de ces stations ont même relevé une hausse de près de 7% par rapport à la mauvaise saison d’hiver 2016/17.

 Figure1

 

En comparant ces chiffres avec les impressions ressortant du baromètre de la mi-mars (branche ayant la meilleure évaluation, avec une moyenne de 7.6/10), nous pouvons constater que les entreprises de remontées mécaniques ont été un peu plus optimistes que ce que montrent les résultats chiffrés définitifs. Deux facteurs pourraient l’expliquer : Premièrement, l’impact de l’excellente fréquentation enregistrée en décembre et en janvier, que les entreprises de remontées mécaniques avaient encore en tête début mars, dans l’évaluation de la saison (plus de 70% d’entre elles ont répondu qu’elle était meilleure que celle de l’année précédente). Deuxièmement, le même poids est donné aux petites et aux grandes entreprises pour l’évaluation subjective de la saison, alors que les chiffres des journées skieurs dépendent plus des grandes entreprises de remontées mécaniques, puisqu’elles totalisent un nombre nettement plus important de journées skieurs. En outre, les petites entreprises étaient souvent plus optimistes que les grandes.

Les entreprises de remontées mécaniques étaient aussi les plus optimistes parmi les acteurs touristiques en ce qui concerne les perspectives pour la saison d’été. En effet, 45.5% d’entre elles se montraient confiantes ou très confiantes, contre seulement 9.1% pas confiantes. Des e-mails envoyés début juin à quelques entreprises de remontées mécaniques confirment cette tendance. Certaines entreprises s’attendaient même à une hausse de 10%, ceci est dû au fait qu’une grande partie d’entre elles dépendent en majorité du marché suisse (y compris des excursionnistes).

Hébergement : Confirmation d’une saison hivernale très tranchée, surtout pour l’hôtellerie

Les nuitées hôtelières et parahôtelières ont régressé respectivement de 20.1% et de 5.1% lors de la saison d’hiver 2019/20 par rapport la saison d’hiver 2018/19. Il faut toutefois préciser que la saison hivernale 2018/19 fut une très bonne saison. Malgré cela, en limitant l’analyse à la période allant de novembre à février, afin de ne pas tenir compte de la crise du coronavirus qui a touché les mois de mars et avril, une progression de plus de 8% pour ces deux secteurs de l’hébergement est à relever. Ainsi, comme pour les remontées mécaniques, cette saison hivernale, sans la pandémie du coronavirus, aurait pu être la meilleure depuis plus de 10 ans.

Afin de comparer les résultats observés avec les impressions ressortant de notre enquête, il est important d’analyser chaque mois de la saison, en particulier les deux périodes distinctes novembre-février et mars-avril. Les deux figures ci-dessous montrent les nuitées réellement observées (Figure 2) et l’estimation de la fréquentation par les répondants à notre enquête (Figure 3). Pour les mois de novembre à février, la figure 3 indique le solde des répondants, en pourcentage, qui ont estimé que la fréquentation mensuelle 2019/2020 était meilleure que celle de 2018/19 (une différence mensuelle positive signifie que le mois en question de la saison hivernale 2019/20 a été perçu comme meilleur que le même mois en 2018/19). Pour mars et avril, il s’agit des prévisions effectuées par les répondants qui pouvaient se déclarer confiants ou inquiets quant aux perspectives économiques de ces mois alors à venir (notre enquête ayant été réalisée au début mars), le principe du solde de répondants est le même que pour les mois précédents.

 Figure2

 Figure3

Les figures montrent que les chiffres réels des nuitées confirment généralement bien le ressenti ressortant de notre enquête, en particulier pour l’hôtellerie. Dans ce secteur, la différence entre les bons mois (novembre à février) et ceux de la pandémie est plus marquée que pour la parahôtellerie. Une seule exception notable à la concordance entre les chiffres des nuitées et les estimations des professionnels apparaît : au début mars, les prestataires de la parahôtellerie étaient encore partagés entre confiance et inquiétude pour leurs affaires du mois de mars (solde de 0%), alors qu’une chute de 34% des nuitées a été relevée pour le panel parahôtelier de Tourobs.

Hébergement : Perspectives pour la saison estivale

Quant aux perspectives pour les vacances d’été, les chiffres actuels à notre disposition confirment souvent les prévisions des professionnels de l’hébergement, ceux de la parahôtellerie étant à nouveau un peu plus optimistes que ceux de l’hôtellerie. Début mars, la différence entre optimistes et pessimistes était proche de 0%, avec une proportion plus importante d’acteurs de la parahôtellerie (58.6%) que de l’hôtellerie (41.2%) qui se disaient « plutôt satisfaits ». L’état des réservations tiré de notre panel parahôtelier le 21 juillet 2020 est même légèrement plus encourageant qu’au début mars, notamment pour juillet, car il tient aussi compte des nuitées effectivement observées de ce mois. Les chiffres, comparativement à l’an dernier, sont les suivants : +35.8% en juillet, +5.1% en août, +10.5% en septembre et +1% en octobre. Finalement, quelques constats se dessinent : Premièrement, cette année les clients réservent encore plus à la dernière minute que d’habitude, à cause de l’incertitude par rapport à l’évolution de la situation liée au coronavirus. Deuxièmement, l’hôtellerie valaisanne, qui peut compter sur une clientèle suisse, sera avantagée par rapport aux cantons urbains. D’une manière générale, les destinations à la clientèle essentiellement suisse devraient tirer leur épingle du jeu. 

 Photos

Sources :

https://data.tourobs.ch/ Dashboard de Tourobs (Observatoire Valaisan du Tourisme)

https://data.tourobs.ch/Dashboard_Barometer/DashboardBarometer  Baromètre valaisan du tourisme pour la saison d’hiver 2019/20

https://www.rts.ch/info/11247589-la-suisse-dans-l-attente-des-decisions-du-conseil-federal-pour-assouplir-le-confinement-du-pays.html« (...) les destinations de loisirs en plein air pourraient déjà avoir quelques opportunités pour la saison d’été (…) »

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/les-suisses-frequentent-en-masse-les-stations-de-montagne-pour-pallier-labsence-de-touristes-etrangers--le-valais-cartonne-?id=11492015 , 19h30, dimanche 26 juillet. Les Suisses fréquentent en masse les stations de montagne pour pallier l’absence de touristes étrangers. Le Valais cartonne.

https://www.lenouvelliste.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-148-nouveaux-cas-en-24-heures-en-suisse-959423 « Les hôtes suisses compensent en partie ces défections, notent toutefois avec satisfaction certains acteurs de la branche. »

comments powered by Disqus